#
vagues

Exposition :

Musée de la Marine / Collaborationa avec le Grenelle de la mer

2009

CleanArtPlanet

Photographies de l'exposition

pointeur
Où ?

1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre,

75116 Paris, France

A l’initiative du Ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo, lorsque le Grenelle de la Mer cherchait des illustrations originales pour investir le lieu magique du Musée de la Marine, Place de la Concorde, Clean Art Planet a été approchée par les services de communication du ministère à l’occasion de sa toute première exposition qui s’est tenue dans une galerie d’art, rue du Mont Thabor. L’invitation à France Inter ou TV5 a donné d’emblée, une visibilité au travail original et à la démarche particulière qui animait Clean Art Planet.

Cette première collaboration au Grenelle de la Mer a donné lieu à une nouvelle présence de Clean Art Planet pour animer un stand mi-expo mi-ludique, lors des Journées de la Mer, évènement qui s’est tenu sur les berges de la Seine, entre les ponts de l’Alma et des Invalides en 2010.

AUDIENCE AVEC JEAN-LOUIS BORLOO - 2010

C’est lors de cette 2ème collaboration des Journées de la Mer avec Jean-Louis Borloo, que le trio d’artistes a interpellé le Ministre afin que Clean Art Planet bénéficie d’une entrevue officielle. Quelques semaines plus tard, Clean Art Planet exposait auprès du Ministre, durant 1 heure et demie d’entretien, son concept original d’une réforme en profondeur du droit international de la Mer. Une sorte de « Brise de la Pastille » symbolisée sous le nom de Pass’Litto » pour paraphraser ce que serait un droit des bords de l’eau qui se font visa vis ou que pourrait résumer une réforme Borloo, un label qui deviendrait le passeport universel de la Mer. En effet, depuis Hugo Grotius, le droit international qui a prévalu jusqu’ici et qui a permis la bonne entente des états sur le partage de la Mer est le plus ancien mais également le plus obsolète au regard des changements majeurs qui affectent chaque jour cet espace réputé à tord infini, ces ressources pillées par tout le monde et n’appartenant à personne. Si la Mer est une frontière commune à tous, grande certes, mais si elle devient une frontière unique dans le sens où elle relie directement les pays sans intermédiaire ou presque, alors l’espace international, ce no man’s land mouvant et insaisissable n’existe plus juridiquement. Alors on reconnaît un espace vivant et commun. Alors ce pont naturel doit être entretenu. Alors on ne pollue plus sa propre côte sachant que la Mer bouge et ignore les frontières. Alors, alors, alors,… Le Ministre a été interpellé pour le moins, par des artistes qui n’avaient rien à perdre en lançant une idée, aujourd’hui, utopique, demain, providentielle peut-être ! La partie corse du Ministre Borloo se nomme Aquaviva. Avec de tels ascendants, comment demeurer sourd aux sirènes !

Nos réalisations

Suivant

vagues vagues CleanArtPlanet
vagues vagues CleanArtPlanet
vagues vagues CleanArtPlanet
vagues vagues CleanArtPlanet
vagues vagues CleanArtPlanet
vagues vagues CleanArtPlanet
vagues vagues CleanArtPlanet
vagues vagues CleanArtPlanet

Précédent

#

Autres evenements & expositions

bbVague